Le jardin clos

Adossé au logis, le jardin clos  a été réorganisé d’après des plans anciens lors des grands travaux des années 1990. Clos de murs latéralement, il se termine par deux pavillons quadrangulaires Renaissance, qui encadrent un élément rare, mis au jour lors de l’aménagement : le haha. Cette douve, véritable « clôture en négatif », interdit l’accès au domaine, tout en libérant une perspective monumentale sur la longue allée cavalière bordée de chênes. 

Longeant les pergolas de roses anciennes, le jardin juxtapose deux univers, séparés par le puits central. Près du logis, le jardin d’agrément, avec ses tapis de fleurs et ses bordures de buis rassemblent plantes aromatiques et médicinales. Au-delà, le potager est divisé en carré de légumes, mêlés aux fleurs à couper pour la décoration du logis. L’utile et le beau se conjuguent à travers cet exemple vivant du jardin à la française, tel qu’on pouvait le voir dans les logis bas-poitevins aux XVIIe et XVIIIe siècles. 

Plus de 120 variétés de fleurs ornent ce jardin de collection.